Non classé

Vitamine C et infections 😷

.

La vitamine C 

La vitamine C joue de multiples rôles dans l’immunité.

  • Comme antioxydante, elle protège les membranes des globules blancs en synergie avec la vitamine E, les caroténoïdes, le sélénium et le glutathion de l’altération par les sécrétions corrosives.
  • Elle aide à recycler le glutathion, l’allumeur des globules blancs.
  • Elle contribue à la synthèse des anticorps.
  • Elle neutralise des toxines comme celle de la rougeole.
  • Comme pro-oxydante, en présence de fer et/ou de cuivre et d’oxygène, au cœur des phagocytes, elle génère des radicaux hydroxyles, OH°, les plus rapides et les plus réactifs, capables de détruire virus et bactéries sans altérer les membranes cellulaires ou engendrer de l’inflammation à distance (rougeur, chaleur, écoulements par exemple de la muqueuse nasale dans le rhume).

Surpoids & Cancer

Aujourd’hui, il est clairement établi que le surpoids et l’obésité, caractérisés par un excès de masse grasse et surtout de masse grasse abdominale, peuvent être liés au développement de plusieurs types de cancers comme par exemple les cancers de l’œsophage, du côlon-rectum, du pancréas, du foie, du rein, de la vésicule biliaire, de la prostate, du sein après la ménopause et de l’endomètre, ….

Quid des produits laitiers ?

En dépit des données scientifiques accumulées depuis des décennies, l’industrie et les pouvoirs publics s’obstinent à faire la promotion des 3 à 4 produits laitiers par jour pour prévenir les fractures et « être en bonne santé ».

Voici les raisons principales pour lesquelles, nous ne recommandons pas en Nutrithérapie 3 à 4 produits laitiers par jour :

Les protéines des produits laitiers

  • Les protéines du lait (caséine…) sont les allergènes alimentaires les plus incriminés dans les allergies alimentaires. Ces allergies peuvent favoriser : les pathologies auto-immunes, l’hyperactivité, l’autisme (passage de peptides opioïdes interférant avec les endorphines), les infections ORL peuvent être aussi favorisées par les allergies ;
  • génèrent chez certains des auto-anticorps associés au risque de diabète de type 1 ;
  • ont un rapport Arginine/Lysine faible qui potentialise l’absorption des graisses du repas ;
  • sont riches en Leucine, un acide aminé stimulant la voie pro-inflammatoire, accélératrice du vieillissement et pro-oncogène mTOR ;
  • stimulent la sécrétion d’IGF1, un autre accélérateur du vieillissement et promoteur de croissance tumorale.

SURPOIDS : moins de calories sans se priver !

Un gramme de graisse valant 9 calories, perdre un kilo de graisse équivaut à perdre 9000 calories (en fait 8000 du fait de la présence d’environ 10% d’eau emprisonnée dans cette graisse).

Mais il n’y a pas de mystère, pour perdre 1 kg de graisse, il faut bien qu’on arrive à dépenser 8000 calories ou à apporter 8000 calories en moins.

Alors les régimes restrictifs ne sont-ils pas finalement justifiés ?